LE BLOG - Créatyv' Tango - référencée au CID c/o UNESCO - Le Blog

Aller au contenu

Un pas, des pas ? Mon point de vue sur la définition du mot « pas »

Créatyv' Tango - référencée au CID c/o UNESCO - Le Blog
Publié par dans Pensée · 11 Mars 2018
 Un pas, des pas ?
 
Flammarion :
Pas : Mouvement de l’homme ou de l’animal qui se déplace en mettant un pied devant l’autre ?
Patte(s) : Membre ou appendice (pied et jambe en nombre) pairs des animaux et assurant généralement la fonction de locomotion.
Sustentation – Action de (se) soutenir
   Polygone de Sustentation (Flammarion) : Polygone obtenu en joignant les différents points d’appui d’un corps posé sur un autre.
   Polygone de Sustentation (Larousse) : Courbe fermée, convexe, contenant tous les points par lesquels un corps solide repose sur un plan horizontal.
 -----------------------------------------------------------------------
Un dictionnaire ne donne pas une vérité mais simplement l’utilisation dans le langage courant d’un mot définissant une chose, ou une action, ou une métaphore. Dans la danse le mot « pas » est utilisé pour définir un déplacement. Quel déplacement ?
Danseur, professeur de danses certifié en danses sportives (danses en couple), créateur d’une pédagogie alternative « LEGOFFJOHAN » pour l’enseignement de la danse en couple et, par analogie, toutes les danses populaires, voici mon point de vue sur la définition du mot « pas ».
Peut-être que ce mot, dans des temps anciens et avant la création du système métrique, était utilisé comme unité de mesure. Mais aussi parfois au XIXème siècle par les » joueurs de boule » (trois pas et deux doigts).
Pour cette unité de mesure, le « métreur » va déplacer sa jambe libre (et son pied associé) pour placer le talon à l’extrémité de la pointe du pied de sa jambe d’appui (pose, sans espace, « un pied devant l’autre »). Par une « oscillation frontal », il transfert son centre de gravité et peut ainsi renouveler son déplacement.
Le mot « pas » est donc associé au mot pied. Mais comment déplacer le pied sans mettre en mouvement la jambe ? (Voir annexe « La JAMBE »). Logiquement la grandeur du « pas » est défini par la longueur (cm) du pied.  Si la « valeur/grandeur » du déplacement de la jambe (marche biomécanique) est plus conséquente que pour le déplacement du « pas », ce déplacement pourrait être dénommé « enjambée » !
Dans mon domaine « danses en couple / tango argentin », mon travail entre 1990 et 2002 a été d’enseigner des « pas de base », puis des « chorégraphies de danses », en ne parlant que du positionnement des pieds (droit ou gauche) dans les différentes directions possibles avec pour référence initiale « la Ligne de Danse ».
Les bras sont utilisés en traction ou pousser pour aider au placement de la Femme. Le buste ? bof, il suit ! Au plus, il se trouve par obligation placé au milieu de la surface de sustentation délimitée par la surface des pieds et l’espace les reliant.
Explication, si on est sur l’appui droit, le cerveau commande de lever la cuisse gauche, puis la jambe pour que le pied gauche soit à un endroit, choisit ou non, et aussi être en équilibre. Ensuite, réalisation d’une traction avec ce pied gauche pour tirer le corps, et au moment du passage en équilibre (verticalité) sur le seul pied gauche, créer une oscillation, et ainsi avoir la possibilité de recommencer la procédure pour placer le pied droit à un autre endroit … mise en mémoire difficile, déséquilibre, évolution hard … !!!
Je considère cet enseignement comme contraire à la logique de fonctionnement du corps initié par la nature lors des deux premières années de la vie : la logique hiérarchique et la marche par déséquilibre sécurisé.
Nos membres inférieurs ont pour charge principale la réception des déséquilibres. Il est généralement reconnu, que la marche qui sécurise et protège notre corps est la marche par déséquilibre, définie ou précisée par Monsieur J.A. Lachant comme « marche portante »
C’est ma proposition dans la pédagogie que je finalise à partir de 2002.
Je parle de « déplacement » du corps d’un endroit à un autre. Le buste suit et, la jambe libre gère, à son tour, la réception du déséquilibre et la projection du nouveau positionnement du centre de gravité. A la fin de ce déplacement, notre équilibre (et notre verticalité/masse) est centré au milieu de la nouvelle surface de sustentation définit par le périmètre du pied, le « pas » est réalisé. C’est simple et beau, avec la possibilité immédiate de réaliser un autre déplacement (ou jouer avec notre jambe libre en tango argentin).


">

Aucun commentaire

02 99 46 86 01
07 87 45 30 32
Retourner au contenu